images bio de la sortie Bio à La Ciotat par des bio

Photo faite par Christophe Q. info : Doris

Article mis en ligne le 23 octobre 2017

par Christophe Q., Pat’
logo imprimer

Le résultat en quelques photos de ce qui a été vu à La Ciotat sur deux sites. Ces images ont un intérêt notable, vous allez reconnaître pour la plus part un certain nombre de ces espèces.

Anemonia sulcata

Et aussi des animaux auxquels on ne fait pas forcement attention, cette anémone , qui est courante.






Arca noae

par contre ,là ? C’est l’arche de Noé, un coquillage recouvert d’une éponge orange. si nous regardons bien on voit le bivalve et la charnière.






Calcinus tubularis et Clavularia crassa

Et ce petit Bernard-l’ermite de petite taille qui vit dans un tube de calcaire . Il se trouve vers l’anneau sur la balise.








Cratena peregrina

Et L’hervia mange les hydraires sans déclencher leurs cellules . Elle ne digère pas les cellules urticantes embryonnaires, mais les accumule dans une poche nommée cnidosac située près du sommet des excroissances dorsales, et dans laquelle ces cellules se développent.
Si cette limace est agressée, les cellules urticantes se déclenchent et l’agresseur reçoit du venin toxique.
L’hervia, n’a pas de branchies. La respiration se fait par diffusion par toute la surface du corps. Les papilles dorsales augmentent largement cette surface.
La vie de l’hervia est brève, elle ne dépasse pas un ou deux mois. Durant la belle saison, il peut y avoir plusieurs générations. En hiver, les larves assurent la permanence de l’espèce.


Dardanus calidus

Bernard-l’ermite de grande taille : plus ou moins 10 cm Couleur générale rouge, virant au rose aux articulations des appendices Antennes orange. sur sa carapace on aperçoit des anémones parasites ( c’est le nom). Cette anémone de mer se rencontre le plus fréquemment en association avec des Bernard-l’ermite,Les anémones du genre Caliactis ne se fixent pas spontanément sur une coquille occupée par un bernard-l’ermite. Le crustacé décroche l’anémone de son support initial avec ses pinces et la dispose sur sa coquille. Le cnidaire, quant à lui, aide le pagure en se décollant du support initial et en s’accrochant à la coquille.
Lorsque le bernard-l’ermite change d’habitation au cours de sa croissance, ou parce qu’il a trouvé un logement plus approprié, il conserve généralement ses anémones en les déménageant sur sa nouvelle habitation. Il peut également les abandonner.


Echinaster sepositus

Et l’inévitable, Cette étoile de mer a un diamètre de 10 à 20 cm. Elle est de couleur rouge ou orange-rouge vif, reconnaissable de loin. Elle possède en général cinq bras, mais il arrive de rencontrer des individus avec quatre (rare) ou six à sept bras. Les bras sont longs, de section circulaire, et recouverts sur sa face aborale* (à l’opposé de la bouche, vue de dessus) de nombreuses petites protubérances (papules*) disposées irrégulièrement. Elle porte aussi de nombreuses petites glandes qui sécrètent un mucus. Sur sa face orale (côté bouche, en dessous), on distingue les gouttières ambulacraires* et les pieds terminés par des ventouses.


Flabellina ischitana

comme l’hervia, ce nudibranche mesure de 3 à 5 cm de long et possède un corps allongé/épais et une queue pointue mais courte. Le corps, les rhinophores et les tentacules* buccaux sont pourpres. Cette couleur pourpre (plus ou moins soutenue) est généralement plus foncée sur la tête que sur le reste du corps.

La tête porte deux tentacules buccaux longs et lisses et les rhinophores sont annelés. Au pied de ces derniers, on peut distinguer la tache oculaire.

Cet animal possède des cérates dorsaux réunis en groupe de 3 à 9, sortant de courts appendices latéraux. Les cérates* sont rose rougeâtre, plus ou moins transparents, avec une extrémité subterminale pourpre opaque, le cnidosac pouvant être pourpre ou parfois blanc.


Salmacina sp

La Salmacine peut donc se traduire par « Écorce aromatisée au sel ! »
ce ver à poils ( ver polychète) vit en colonies fixées en forme de pelote pouvant atteindre 30 cm de diamètre. Chaque individu vit dans un tube calcaire cylindrique très fin et très fragile de couleur blanc opaque, de 3 à 5 cm de long et d’environ 0,5 mm de diamètre.



Sarpa salpa

La Saupe Cette espèce se nourrit de végétaux à l’âge adulte. C’est le principal poisson herbivore de la Méditerranée. Végétarien, il se nourrit surtout d’algues vertes, comme la laitue de mer Ulva, Caulerpa, ou d’algues rouges Laurencia. Ces poissons consomment aussi des feuilles de Posidonie. Les juvéniles mangent des petits crustacés. La saupe se sert de ses incisives dont les supérieures ont un bord échancré alors que les inférieures sont pointues et triangulaires.



Pinna nobilis

La grande nacre est le plus grand mollusque bivalve de Méditerranée (et l’un des plus grands du monde avec les bénitiers tropicaux) : il peut dépasser 1 mètre.
RÉGLEMENTATION
Pinna nobilis est sur la liste des invertébrés dont "la destruction, la capture ou l’enlèvement, la naturalisation ou, qu’ils soient vivants ou morts, le transport, le colportage, la mise en vente, la vente ou l’achat" sont interdits.

Pour les Bourguignons ; Une légende prétend que le byssus* de Pinna nobilis servit à confectionner la "Toison d’Or".

Pour en savoir plus venez nous vous dans les prochains cours bio. ICI

site de doris : tapez le nom en dessous des images et lisez le descriptif DORIS

Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • corallig_ne.jpg
  • 229.2 ko / JPEG
  • Acanthella acuta
  • 203.5 ko / JPEG
  • Amphiroa rigida
  • 216.5 ko / JPEG
  • Apogon imberbis
  • 148.1 ko / JPEG
  • Axinella damicornis
  • 192.7 ko / JPEG
  • Axinella damicornis Corallium rubrum Oscarella lobularis
  • 166.8 ko / JPEG
  • Axinella damicornis et Agelas oroides
  • 186.7 ko / JPEG
  • Axinella verrucosa et Agelas oroides
  • 179.6 ko / JPEG
  • Axinella verrucosa et Agelas oroides 2
  • 125.3 ko / JPEG
  • Balanophyllia europaea
  • 154.9 ko / JPEG
  • Blennius gattorugine
  • 183.7 ko / JPEG
  • Blennius rouxi
  • 126 ko / JPEG
  • Blennius rouxi 2
  • 133.1 ko / JPEG
  • Calyx nicaensis
  • 205.5 ko / JPEG
  • Clathrina clathrus
  • 233.5 ko / JPEG
  • Contre jour
  • 47 ko / JPEG
  • Corallium rubrum
  • 193.6 ko / JPEG
  • Corallium rubrum 3
  • 182.8 ko / JPEG
  • Corallium rubrum 4
  • 196.4 ko / JPEG
  • Crenilabrus cinereus
  • 219.2 ko / JPEG
  • Crenilabrus dordeleini
  • 99.6 ko / JPEG
  • Crenilabrus dordeleini et Mullus surmuletus
  • 143.7 ko / JPEG
  • Dentiporella sardonica
  • 151.6 ko / JPEG
  • Didemnidae
  • 149.5 ko / JPEG
  • Didemnidae 2
  • 173.1 ko / JPEG
  • Elysia viridis
  • 156.4 ko / JPEG
  • Eudendrium racemosum
  • 168.9 ko / JPEG
  • Eudendrium sp
  • 223.6 ko / JPEG
  • Eunicella cavolinii
  • 216.6 ko / JPEG
  • Eunicella singularis
  • 203.2 ko / JPEG
  • Femilare tricolor
  • 130.7 ko / JPEG
  • Flabellina affinis
  • 116.5 ko / JPEG
  • Flabellina affinis 2
  • 120.5 ko / JPEG
  • Flabellina ischitana2
  • 151 ko / JPEG
  • Gobius geniporus
  • 221.6 ko / JPEG
  • Gobius geniporus 2
  • 172 ko / JPEG
  • Gobius geniporus 3
  • 217.9 ko / JPEG
  • Hacelia attenuata
  • 224.7 ko / JPEG
  • Halocynthia papillosa
  • 230.6 ko / JPEG
  • Hexaplex truncatus
  • 204.2 ko / JPEG
  • Holothuria tubulosa 2
  • 241.8 ko / JPEG
  • Labrus merula 2
  • 235.8 ko / JPEG
  • Labrus merula et Crenilabrus melanocercus
  • 123.3 ko / JPEG
  • Octopus vulgaris
  • 241.6 ko / JPEG
  • Parazoanthus axinellae
  • 169.7 ko / JPEG
  • Phorbas tenacior
  • 207.9 ko / JPEG
  • Plumulaire
  • 195.6 ko / JPEG
  • Plumulaire 2
  • 183.3 ko / JPEG
  • Ponte de calmars
  • 118.2 ko / JPEG
  • Sarpa salpa 2
  • 214.4 ko / JPEG
  • Schizomavella mamillata
  • 166.1 ko / JPEG
  • Scorpaena Notata
  • 215.9 ko / JPEG
  • Tripterygion delaisi femelle
  • 128.3 ko / JPEG


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.40
Hébergeur : OXYD